Epidémie d'inspections de titularisation dans l'académie de Nantes : des inspecteur-trices ne respectent pas les directives ministérielles et rectorales !

Dans l'académie de Nantes, plusieurs syndicats de la FSU ont été saisis par des stagiaires les alertant d'inspections tombant les unes après les autres, à compter du 4 juin.

Cette épidémie d'inspections est très problématique :

  • Ces inspections se dérouleront dans des conditions anormales (non conventionnelles, les écoles et établissements étant à peine réouverts et les enseignements étant le plus souvent profondément désorganisés, voire impossibles).
  • Ces inspections généralisées concernent en particulier les PE, les professeur-es stagiaires d'EPS et de Lettres Modernes. Elles sont généralisées dans le sens où elles ne concernent pas seulement les stagiaires identifié-es comme en difficultés, et que les corps d'inspection ont annoncé leur intention d'inspecter toutes et tous les stagiaires de leur secteur.
  • Cela contre-dit les directives ministérielles, confirmées par un récent arrêté, et déclinées localement par le recteur.

Il y a 10 jours, le SNUIPP-FSU a adressé un courrier à l'Inspection Académique, le SNES-FSU un courrier au recteur avec copie à la doyenne des IPR. La semaine dernière, le SNUIPP est intervenu auprès de l'IEN A (lors d'un échange téléphonique), le SNEP-FSU auprès de l'inspection d'EPS (à l'occasion d'une visio-conférence), le SNES auprès du DRH et de la doyenne des IPR (à l'occasion d'une CAPA).

Rien n'y fait : certain-es membres des corps d'inspection persistent, revendiquent même cette manière de procéder, cela au détriment des stagiaires concerné-es.

Nous avons donc diffusé un communiqué de presse FSU, et alerté nos syndicats nationaux et la fédération au niveau national, qui est intervenue au ministère à l'occasion du CTMEN du 2 juin.

Pour la FSU, les enseignant-es et CPE stagiaires ne sauraient être tenu-es pour responsables des conditions atypiques et dégradées dans lesquelles les écoles et établissements réouvrent, ni d'ailleurs de la crise sanitaire dans son ensemble, qui les a déjà pénalisé-es en terme de formation et de pratique professionnelle.

Les inspections utilisées comme modalités d’évaluation du stage doivent être une exception. Celles qui ont d’ores et déjà programmées pour des stagiaires dont la titularisation ou le renouvellement est envisagé doivent être annulées puisque les éléments d’évaluation existant suffisent à statuer, et cela conformément aux orientations ministérielles.

La FSU rappelle sa demande qu’aucun licenciement ne soit prononcé. Elle accompagnera les recours engagés contre des décisions abusives.