Actions locales contre la casse annoncée du service public d'orientation

Orientation scolaire régionalisée : CIO menacés

Le projet de loi «pour la liberté de choisir son avenir professionnel»  réformant la formation professionnelle et l’apprentissage sera débattu au Parlement dans les semaines à venir. Y sont inscrites différentes mesures concernant l’orientation, à nouveau dans la ligne de mire du gouvernement. L’article 10 précise « l’extension des missions des régions en matière d’orientation pour accompagner le parcours de formation des jeunes ». Ainsi, l’information sur les métiers et les formations en direction des élèves et des étudiants, notamment dans les établissements scolaires sera-t-elle confiée aux Régions, comme les missions exercées par les Délégations Régionales de l’ONISEP, dont le transfert est d'ores et déjà inscrit dans le projet de loi ?

Est aussi mise en question la pérennité des 390 CIO ; la Conseillère Sociale du MEN, a annoncé sans aucune concertation ni justification leur fermeture progressive, faisant voler ici en éclat le service public d’orientation de l’EN, primordial pour assurer le droit au conseil en orientation inscrit dans la loi d’orientation du 5 mars 2014.

Les enjeux de l’orientation scolaire sont pourtant bien de permettre à chacun de faire des choix éclairés aux différents moments de son parcours, de lutter contre les stéréotypes et les déterminismes sociaux qui produisent d’inacceptables ségrégations. Cela nécessite, notamment à l’adolescence, un accompagnement différent de l’orientation professionnelle des salariés et demandeurs d’emploi, une offre de formation diversifiée et lisible.

Avec un pilotage régional de l’information sur l’orientation des publics scolaires, c’est l’égalité de traitement de l’ensemble des élèves sur le territoire, la qualité et l’objectivité des propositions qui seront mises à mal (différences de moyens et lien avec les besoins locaux en employabilité). Avec la disparition des CIO, le MEN se priverait d’un lieu d’accueil tout public, garantissant l’objectivité et l’impartialité de l’accompagnement proposé, d’un lieu ressource et de partenariat interinstitutionnel, d’un réseau permettant la mutualisation des pratiques et la création d’outils à destination des équipes, élèves et familles à l’échelle du bassin…..

Les personnels qui y exercent leur activité, Psychologues de l’EN et administratifs, attachés à une conception éducative de l’orientation ancrée dans l’EN sont mobilisés pour s’opposer à la disparition des CIO.

L'action locale des syndicats de la FSU et des personnels de l'orientation

Après une audience au rectorat le 16 avril 2018 au matin, accompagnée d'une présence importante aux grilles du rectorat, une AG a réuni environ 50 personnes représentant 7 CIO et 4 départements (Nantes, Rezé, Saint-Nazaire, Chateaubriant, La Roche sur Yon, Angers et Le Mans), administratifs, Psy EN et DCIO, ONISEP. Elle était co-animée par des camarades du SNES, du SNUIPP, et du SNASUB.

Cette AG a fait le point sur les inquiétudes des personnels et a réaffirmé la nécessité de tenir la mobilisation sur la durée. Outre la nécessité de mutualiser les outils (courriers divers, tracts, visuels…) par la création d’un lieu commun de stockage par gmail (drive), elle a proposé de recourir à l'utilisation de facebook (« sauvons nos CIO »). Elle a également procédé à l'énumération des prochaines actions possibles:

  • Motions en CA,

  • saisie individuelle du CHSCT,

  • fiches individuelles de situation (pétition + qualitatif sur réception au CIO) à faire remonter - comment - mail ? à qui cabinet des Dasen – recteur – ministère,

  • carte postale de protestation pour le Président,

  • pétitions papier - idem / question du comment et à qui faire remonter,

  • questionnaire ACOPF,

  • CIO plein vent,

  • courriers et rencontres avec élus, fédérations de parents,

  • heures syndicales en établissement (il y a des invitations dans ce sens),

  • participation aux manifs en y restant clairement visibles (petit succès pour les ballons roses à l’helium : visibilité),

  • contacts presse / pour articles,

  • sensibiliser le SNPDEN local ? (cf courrier de soutien du SNDPDEN de l’académie de Caen),

  • Le 31 Mai journée académique SPRO à Angers, idée d'y prévoir une action.

Les PSY-EN ont ensuite été présents en nombre dans la manifestation du 19 avril dernier. Lors de l'AG qui s'en est suivi, ils ont fait adopter le texte suivant :

"Le 6 Avril 2018, Murielle Pénicaud, Ministre du Travail, a présenté le projet de loi : « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel », réformant la formation professionnelle et l’apprentissage.

L'article 10 précise : « l'extension des missions des régions en matière d'orientation pour accompagner le parcours de formation des jeunes ». Ainsi, l'information sur les métiers et les formations –l’élaboration et la diffusion- serait confiée aux régions, avec le risque d’inégalités territoriales car toutes n’ont pas les mêmes moyens, et leur vision politique de la formation professionnelle est lié à l’employabilité locale.

Or l’orientation des élèves et des étudiants, avec la prise en compte des problématiques adolescentes, ne peut être confondue avec l’orientation des adultes et des demandeurs d’emploi.

En parallèle à ce projet de transfert des DRONISEP aux régions, la Conseillère sociale du Ministère, Mme Bourhis, a annoncé sans concertation, la fermeture progressive du réseau des CIO.

Est-ce nier le travail qui s’y fait ? Qui recevra les élèves non affectés ? Déscolarisés ? Migrants en recherche de formation ? Le CIO est un lieu neutre, un espace de médiation utile, gratuit, ouvert à tous les publics pour discuter de son orientation, de son parcours et de ses projets.

Les représentants FSU des personnels des CIO ont été reçus en audience au rectorat le lundi 16 avril>. Aucune réponse n’a été apportée à la question du devenir du réseau, ni des Psychologues de l’Education Nationale.

Seront-ils sous tutelle des régions ? Ou affectés sur un secteur couvrant plusieurs établissements scolaires ? Qui assurera alors l’accompagnement des élèves et étudiants dans leur orientation? Les professeurs ?

Comment éviter de lire ce glissement des missions sans faire le lien avec la réforme du lycée ? 54h dédiées à l’orientation en 2nde et dans le cadre de PARCOURSUP nomination d’un 2nd PP en terminale ?

Un « marché de l’orientation » s’organise : des prestataires vendent leurs services, officines, services en ligne, et sont présents dans les salons d’orientation... Sont-ils bientôt prêts à entrer dans les établissements scolaires ?

Comme en 2003, comme en 2013, et plus que jamais, défendons un service public national de l’orientation !"