1er, 6, 7 février et 22 mars : Tous dans l'ACTION

Moyens en baisse,

Réforme du Lycée,

Sélection à l'Université,

Baisse du pouvoir d'achat...

Face au PLAN DE BATAILLE DU "GOUVERNEMEDEF",
 


1er février : mobilisation dans les lycées et l'enseignement supérieur,

6 février : grève dans le second degré,

7 février : états généraux de l'éducation,

Et le 22 mars : grève dans la fonction publique pour les salaires et l'emploi (voir le communiqué commun CFTC-CGC-CGT-FAFP-FO-FSU-SOLIDAIRES)...


Du plan étudiant à la plateforme Parcoursup : l'instauration de la sélection !
le 1er février, agissons pour une université ouverte.

Les enjeux et les convergences entre le rapport de la commission Mathiot et le programme du candidat Macron sont trop forts pour que nous restions l'arme au pied en attendant sagement que le ministre fasse connaître ses arbitrages (d'ici un mois ?). Les attaques contre le baccalauréat et l'organisation des enseignements au lycée s'inscrivent dans la logique "bac-3/bac+3" qui vise, en continuité avec la réforme du collège, à casser l'unité du second degré. L'individualisation des parcours ne peut que renforcer la mise en concurrence entre les établissements et accentuer les inégalités entre les élèves. Nous pensons au contraire que c'est en renforçant cette l'unité du second degré, en inscrivant les apprentissages dans la durée, que l'on pourra mieux lutter contre les inégalités scolaires et l'échec qu'elles génèrent.
Cette lutte est indissociable de nos combats pour l'amélioration de nos conditions de travail, alors que le rapport Mathiot préconise la semestrialisation, synonyme à terme d'annualisation des services.
Dans le même temps, les dotations communiquées aux établissements annoncent de nouvelles dégradations pour la rentrée 2018.
 
Le SNES-FSU, le SNUEP-FSU, le SNETAP-FSU, la CGT-educAction
appellent à la grève l'ensemble des personnels du second degré