Affectation des certifiés et agrégés sur postes spécifiques académiques (SPEA) au mouvement intra 2017

Le nombre de postes profilés du mouvement spécifique est un obstacle supplémentaire à une mobilité libre de toutes contraintes managériales. Dans l'académie de Nantes, il y en a 630 actuellement (627 en 2016), tous corps confondus, dont 29 nouvellement créés (38 en 2016). 83 SPEA vacants (76 en 2016) ont encore été offerts à la mutation cette année, même si on observe un lent mouvement de dé-spécification parallèle, amorcé depuis trois ans par le recteur actuel, pour ceux d'entre eux qui peinent à être pourvus ou dont le profil ne se justifie clairement pas, aujourd'hui également même lorsqu'ils sont encore occupés . Dans ce dernier cas, les personnels en poste peuvent être face à deux modes de règlement (amiable) de leur situation, soit par une mesure de carte scolaire concomitante d'une possibilité d'affectation normale dans le même établissement, soit par une telle mesure alors gérée sur les postes normaux du mouvement, comme pour leurs autres collègues. Cette année, cette dé-spécification a concerné 27 SPEA (33 en 2016). Par ailleurs, 20 SPEA tous corps confondus resteront sans candidats (23 en 2016 ; 34 en 2015) dont 6 dans des structures particulières de collèges ou au Centre de Soins et Etudes de Sablé.

Le groupe de travail du 2 mai 2017, préparatoire sur ce point à la FPMA de juin, a donc examiné les propositions d’affectations de certifiés et d’agrégés sur les 56 postes SPEA proposés à ces corps cette année. Sur les 2185 participants au mouvement intra-académique 2017 des certifiés et agrégés (2319 en 2016), 111 ont postulé sur postes spécifiques (90 en 2016), parfois sur plusieurs (total des « demandes en rang utile » : 120 contre 124 en 2016), entre autres vœux formulés.

A noter : chaque année, un nombre important de participants au mouvement intra formule des vœux SPEA inopérants, puisque, bien évidemment, aucun poste SPEA non vacant initialement ne pourrait être pourvu simultanément à sa libération en cours de mouvement général, à la différence des postes « classiques » de demandeurs de mutation déjà dans l'académie. Les postes vacants, qu'ils soient nouvellement créés ou antérieurement occupés, font l'objet d'une publication sur le site rectoral, dans la rubrique "personnels et recrutement", mais ne sont visibles par ailleurs dans SIAM que dans les tableaux de postes vacants par département, où ils apparaissent avec des mentions en rouge, comme celles des établissements de l'éducation prioritaire, accessibles à la mutation normale pour leur quasi-totalité dans cette académie, suite à nos interventions des dernières années.

Cependant, pour compliquer un peu plus les choses, certains postes spécifiques, nés de la transformation de postes originellement liés à une discipline déterminée, mais ouverts, depuis cette transformation à des andidatures de plusieurs disciplines, n'apparaissent sur SIAM que dans cette discipline originelle, ce que ne découvrent que trop tardivement les personnels qui ne sont pas allés voir la liste exhausitve publiée sur le site rectoral lui-même qui comprend, après nos batailles récentes à ce sujet, l'ensemble des profils décrits sur des fiches de poste téléchargeables.

Nous sommes à nouveau intervenus pour qu'il y soit remédié, et l'administration a promis d'étudier la faisabilité d'un lien particulier à l'entrée même de la connexion sur SIAM, l'année prochaine.

13 postes spécifiques certifiés ou agrégés resteront vacants, soit faute de candidat (10), soit du fait d'avis tous défavorables (3). 5 personnels seront nommés à titre provisoire et non définitif, avant stabilisation éventuelle l'année suivante. La raison peut en être un titre en cours d'acquisition, une affectation au Centre de Soins et Etudes Pierre Daguet à Sablé ou à l'Unité Pénitentiaire pour Mineurs d'Orvault ou encore, suite à nos interventions, la prise en compte du défaut de publication régulière du profil du poste (aucun cas cette année).

S'agissant des avis défavorables de la commission interne à l'administration statuant in fine (après avis du chef d'établissement d'accueil et/ou IPR), la plupart concernent des personnels n'ayant pas le titre requis. Comme il ne suffit pas par ailleurs de recevoir un ou des avis favorables pour être retenu(e), les candidatures utiles font l'objet d'un classement où les critères du choix opéré restent souvent assez hermétiques et finalement peu explicités devant les élus du personnel...

Le caractère extrêmement répétitif et stéréotypé de nombre de fiches de poste fondées, au-delà des seuls critères objectifs parfois mentionnés (détention d’une certification ou mention complémentaire par exemple), sur la lettre de projets d’établissement eux-mêmes établis en miroir des objectifs et injonctions académiques, ici au socle commun, là à l’ouverture de l’établissement sur ses partenaires extérieurs, ou encore sur de vagues critères de disponibilité et de capacité organisationnelle ou coordinatrice, aboutit à décourager les candidatures pourtant officiellement recherchées. Nombre de ces postes ne reçoivent en effet que deux, maximum trois, candidatures, voire une seule (avec un taux de succès proche de 100%, en ce cas !). Les postes les plus convoités sont essentiellement situés dans des lycées, plus rarement collèges, de centre-ville, à Nantes, Angers, Le Mans, Laval, La Roche. Les postes non pourvus à ce stade, comme ceux libérés postérieurement par une mutation, devront donc l’être provisoirement par des TZR ou contractuels à cette rentrée 2017.

Le ratio réel et moyen ne dépasse donc pas 1,1 demandes par poste spécifique vacant, compte tenu par ailleurs de variations essentiellement dues à la localisation géographique ou au type d'établissement des postes convoités...

Au-delà du renvoi rituel par l'administration au travail déjà effectué par sa propre « commission » interne (cette année, aucun inspecteur n'était au groupe de travail pour en rendre compte directement, ce que nous avons dénoncé !), nous intervenons pour qu'il soit donné lecture intégrale des appréciations des chefs d‘établissements et de l’inspection, la plupart du temps « favorables », comme dit, à la majorité des candidatures, et tentons d'arracher à chaque fois les motifs des choix opérés dans le classement définitif…

Nous continuons à dénoncer les conditions, pour le moins opaques, dans lesquelles sont retenues certaines candidatures, le flou restant souvent total sur les critères ayant réellement présidé aux choix opérés. Le recrutement a, pour la grande majorité des postes pourvus, échu à une personne exerçant déjà dans l’établissement à un titre ou un autre (affectations à titre provisoire ou affectation à l’année d’un TZR sur les fonctions correspondantes, affectation sur un autre poste de l’établissement)… Une évolution à noter : il semble cependant que l'opposition émise sur une candidature par des chefs d’établissement reste sans effet en cas de contradiction de la part de l'Inspection, ce qui entraîne un peu plus souvent, depuis l'année dernière, un recrutement contre l'avis des premiers...

S’agissant des postes à DNL, nous avons cependant obtenu, depuis quatre ans maintenant, que les règles de départage entre titulaires de la certification soient celles du barème fixe (échelon + ancienneté) normalement appliqué au mouvement intra.

Il reste que le rendement du « mini-mouvement » visant au pourvoi des postes spécifiques (43 candidats retenus dont mes 5 à titre provisoire) est loin d’être optimal et largement empreint de subjectivité bien comprise. Les recteurs se suivent et ne remettent pas véritablement en cause une politique visant à un maintien sinon à une augmentation insidieuse et continue du nombre de ces postes, mais celle-ci est contredite par ses résultats eux-mêmes. Un frein est cependant désormais patent dans les nouvelles créations qu'appellent un peu trop souvent de leurs voeux les chefs d'établissement (41 demandes de créations et "seulement" 29 créés).

Nous revendiquons toujours qu’il soit mis fin à une procédure peu attractive qui ne brille pas, par ailleurs, par sa simplicité : double connexion nécessaire, profils de poste peu éclairants, confusions de nombreux candidats avec la liste de l’ensemble des postes spécifiques de l'académie (vacants ou non), nécessité d’un contact préalable avec le chef d’établissement, compliqué pour les personnels entrant dans l'académie au mouvement inter...