Implantation des postes de CPE

CPE : des postes en plus !

Les SNES a obtenu un groupe de travail sur l'implantation des postes de CPE. Il a permis de lever certaines questions concernant les moyens d'éducation dans notre académie. Celle-ci, comme de nombreuses autres, est dite en « surconsommation », c'est à dire qu'elle utilise plus d'équivalents temps plein de CPE (+22.5 ETP en 2014) que ne le permet l'enveloppe ministérielle, malgré une augmentation substantiel de celle-ci (13 ETP en 2014, 10 en 2015). Il nous a été expliqué que dans le cadre d'un retour à l'équilibre budgétaire, ces moyens supplémentaires ne sont pas tous utilisés pour créer des postes. Ainsi, seulement 4 postes ont été implantés à la rentrée 2014 et le recteur envisageait le même nombre pour la rentrée 2015, sur les seuls nouveaux établissements. Une autre réalité est aussi apparue, c'est l'insuffisance de CPE titulaires comblée par le recours à des agents non titulaires pour au moins 38 ETP en 2014.

Des besoins existent !

Les documents rectoraux ont permis de montrer très explicitement les besoins en postes de CPE au regard des seuls effectifs d'établissements. Le SNES a proposé d'analyser plus finement ces besoins en prenant en compte le type d'établissement, l'existence d'internat, le nombre de demi pensionnaires, les caractéristiques sociales des publics accueillis, etc. Dans l'immédiat, un net consensus s'est dégagé pour classer au moins 6 établissements comme prioritaires pour une création de poste.

D'autres besoins ont été pointés : 16 collèges sans CPE, 6 autres avec des postes à mi temps loin de répondre aux besoins éducatifs de ces établissements et qui mettent les collègues qui y exercent dans des positions professionnelles difficiles notamment quand ils sont à cheval sur 2 collèges, des lycées a plus de 800 avec un seul poste de CPE ou à plus de 1000 avec internat et seulement 2 postes … Bref, le bilan montre encore une fois que l'académie, en forte progression démographique, ne peut se contenter de l'existant. L'affectation de stagiaires inexpérimentés ne peut être la réponse. Seul le SE-UNSA s'est dit prêt à discuter de redéploiements, les autres organisations syndicales se sont opposées à une répartition de la pénurie dans un contexte où le manque de moyen est criant.
Et de 2 qui font 6 !
Au Comité Technique Académique du 25 mars 2015, l'annonce de 2 implantations supplémentaires au 4 prévues initialement à montrer l'utilité de ce groupe de travail. Ainsi, outre les créations dans les nouveaux collèges de Clisson, de Saint Philibert et des Essarts et au nouveau lycée de Beaupréau, le collège René Guy Cadou d'Ancenis avec plus de 1000 élèves se voit attribuer un poste supplémentaire comme le lycée de Blain qui approche lui aussi le millier d'élèves avec un seul poste. 4 autres établissements de la liste verront-ils leur situation s'améliorer l'an prochain comme bien d'autres ? Reste que ce GT a été bien utile puisqu'il s'est traduit par 2 postes en plus, soit 6 créations sur les 10 ETP. Le SNES poursuivra son action tant au niveau ministériel qu'académique pour obtenir plus de moyens d'éducation !

Consulter le compte-rendu détaillé du GT (réservé aux adhérents)