CAPA des CPE du 22 septembre 2016

Déclaration liminaire du SNES-FSU

Réunis exceptionnellement pour cette CAPA, nous tenons à signaler un ensemble de points à Monsieur le Recteur et à ses représentants.

Le premier concerne les conditions de travail des CPE. Elles se dégradent encore du fait d'effectifs en hausse dans un contexte particulier de sécurité renforcée dans les établissements et à leurs abords. La suppression d'espaces extérieurs réservés aux fumeurs dans les lycées ne facilite pas la tâche des équipes. L'aménagement des entrées des lycées doit être repensé dans bien des cas tant les regroupements sur la chaussées sont quotidiens. Une intervention auprès des collectivités territoriales nous semble urgente si la loi ne change pas.

Dans notre académie, les moyens éducatifs doivent être abondés par de nouvelles créations de postes de CPE comme par une augmentation plus significative des supports d'AED. Vous nous aviez informés en juin qu'une cinquantaine d'ETP d'AED avaient été mis de côté pour faire face à quelques impondérables. Nous souhaitons qu'à cette date, le maximum soient implantés dans les établissements notamment ceux où les besoins sont les plus criants. Nous souhaiterions également que lors d'un prochain CTA, une information sur les clefs de répartition de ces crédits soit faite aux représentants des personnels.

Le second point concerne les supports CPE réservés aux stagiaires. Leur complément de service, assurés en grande partie à l'année par des TZR, montre certaines limites que vous avez dû observer. Les supports provisoires implantés dans des établissements particulièrement sous dotés en CPE, ne nécessitant pas de compléments de service, avaient l'avantage de répondre à de réels besoins de vie scolaire tout en permettant de disposer par ailleurs d'une partie du vivier de TZR, ce qui n'est plus vraiment le cas cette année. Nous demandons que cette possibilité soit à nouveau réexaminée pour la rentrée 2017.

Le troisième point concerne les tensions observées dans un certain nombre d'établissements. Elles sont d'origine diverses mais certaines relèvent d'un management autoritaire contre productif souvent accompagné d'une méconnaissance inquiétante des missions dévolues à la catégorie. Nous souhaitons que les modalités de régulation de tels conflits soient abordées dans le sens de la médiation ou si ce n'est pas possible, que les personnels qui en sont victimes puissent être protégés. Le rôle d'écoute et de conseil doit être renforcé. La posture d'enquêteur juste et impartiale est difficilement tenable. Le système des chaises musicales atteint ses limites tant que les mêmes malentendus professionnels voir les mêmes dérives se reproduisent. La capacité « à encaisser » ne doit pas devenir la compétence professionnelle la plus partagée chez les CPE comme chez d'autres personnels d'ailleurs.

Enfin, si l'accompagnement des personnels dans leur pratique par la formation continue est un thème d'actualité, nous concevons cette démarche dans le respect des prérogatives de chacun. Le stage du PAF sur la gestion de crise destiné « aux équipes de direction et à leur CPE » utilise un possessif qui nous paraît pour le moins déplacé. Sur le fond même de cette formation, nous espérons que le libre arbitre des CPE dans le choix des thématiques de leur formation continue sera préservé.

Monsieur le Recteur, nous vous remercions de l'attention qui sera accordée à ces remarques.